Se Connecter

Inscription

Manifestation contre le passe sanitaire Limoges samedi 31 juillet

|

Toujours beaucoup de monde à la dernière manifestation contre le passe sanitaire à Limoges ce samedi 31 juillet. Certains disent autant que le dernier samedi, d’autres un peu moins. Quoi qu’il en soit une foule nombreuse se rassemble place Jourdan.

Mise à jour : nouvelle manifestation samedi 7 août place Jourdan, Limoges, 14 heures ; samedi 7 août pl. de la Cathédrale, Tulle, 16 heures ; dimanche 8 août, Guéret, 14 heures, place Bonnyaud. Le tract de la manifestation de Tulle :

Beaucoup de personnes qu’on ne voit pas dans les manifs habituelles, de quoi se sentir tout d’abord un peu perdu. Quelques Gilets jaunes sans gilet sont tout de même là. Beaucoup de pancartes, notamment antivaccins. Tout de même, petit à petit, des têtes connues arrivent avec des messages qui élargissent le débat « Pass sanitaire = liberté conditionnelle », « Vacciner plus pour travailler plus ». Quelques clins d’œil à l’histoire « No PASSaran », d’autres plus limites « Non au pass nazitaires ». Des drapeaux blancs. Des prises de paroles rappellent les dispositions légales européennes indiquant la liberté de vaccination et la libre disposition de son corps face au corps médical.

Le cortège s’ébranle boulevard de Fleurus pour bifurquer vite vers le carrefour Tourny puis le boulevard Carnot pour emprunter à mi-chemin le passage qui mènent à la place de la République, renouant avec les parcours sauvages des Gilets jaunes. Ça semble un acquis des manifs limougeaudes, même pour des primo-manifestants, le parcours se fait au fur et à mesure des envies, de la volonté de ne pas se laisser guider par la police. Moment amusant, vers la dernière partie de la manifestation, une remontée d’une rue piétonne puis une redescente, histoire de ne pas se laisser guider par les flics, la montée et la descente se croisant dans la bonne humeur. Parcours zigzagant, étrangement parfois, revenant sur ses pas, dans une ambiance bien dynamique, joyeuse, avec occupation de l’esplanade de la mairie et du carrefour. Apparemment, des incidents ont lieu à l’arrivée devant les portes de la mairie, la police municipale utilisant les gazeuses. Des prises de paroles à nouveau, le chant des Gilets jaunes « On est là », largement repris.

Et ça repart boulevard Gambetta pour prendre une fois de plus la police par surprise en s’infiltrant par la petite rue Gondinet pour atterrir place de La Mothe où de nouvelle prises de paroles ont lieu avec de malheureux appels largement repris aussi : « La police avec nous ». Ça rappelle aussi le début des Gilets jaunes, mais ça commence à faire beaucoup, surtout après l’arrêt photo sur les marches du palais de justice où une « Marseillaise » est entonnée. Heureusement le credo des Gilets jaunes résonnent aussi avec enthousiasme.

C’est un peu la question que beaucoup de copains, copines se posent. Que peut-on, et surtout comment, apporter d’autres idées plus émancipatrices dans ce type de manif. Bien sûr il faut y être, pour ne pas laisser la place aux différentes droites, extrême ou non. Montrer que la contestation du passe sanitaire dépasse la peur individuelle du vaccin, que c’est un problème global de mise en place d’un contrôle social généralisé, complément des différentes lois précédentes limitant les libertés, en lien avec la société ultratechnologique qui se construit à pas de charge. Pendant les Gilets jaunes, il y avait les ronds-points, les actions où l’on pouvait prendre le temps de discuter, créer des affinités, mais là il ne reste que les manifs pour le moment.

Alors créer des pôles visibles de rupture dans les manifs, distribuer des tracts (complètement absents au cours de ces manifs), multiplier les graffs, autocollants ? Se rassembler devant les lieux demandant le passe sanitaire pour y manifester notre opposition à ces contrôles, que ce soient les lieux de culture, les gares, les terrasses de bistrots, les bibliothèques, etc ?
A débattre entre toutes celles et ceux qui veulent que ça débouche sur des prises de conscience plus globales. Ce qui permettrait de dissiper le réel malaise pour beaucoup de se retrouver au milieu de ces manifs.

Pour revenir à celle-ci, après encore des serpentages, la manif finira à la gare avec des appels aux prochaines mobilisations et notamment à se retrouver le lendemain à Brive.



Articles de la même thématique : Surveillance

Masque et validisme