Se Connecter

Inscription

La mairie de Limoges vire les contractuels

|

Cet été, la ville de Limoges a commencé à ne pas renouveler 20 contractuels et compte en virer environ 160 au total selon la FSU [1]. Ces licenciements déguisés des contrats précaires se font progressivement et rendent difficile une opposition organisée. Les coupes se feront bien sûr majoritairement dans les services de la culture et des sports. L’objectif : faire des économies bien sûr.

Pourtant, les syndicats rappellent qu’à côté des économies sur le sport et la culture Lombertie augmente les effectifs de la police municipale, emploie des intérimaires à tour de bras (des contrats précaires et plein de sous pour les boîtes d’intérim), utilise le plus possible l’externalisation des chantiers... On pourrait rajouter que les économies n’empêchent pas de rajouter régulièrement des caméras de surveillance, hors de prix et inutiles, ou encore que le maire s’est augmenté en première mesure de son second mandant par exemple. D’ailleurs, ne nous y trompons pas les économies sont réalisées sur les personnels les moins bien payés.

La directrice générale des services explique gentiment qu’on vire près de vingt pour cent des contractuels mais que c’est au « cas par cas » et qu’on regarde les services qui ont une baisse d’activité... En période de COVID, de confinement, passe sanitaire et autres joyeusetés... L’activité de la police municipale, et surtout son utilité sont-elles aussi examinées au cas par cas ?

Cerise sur le gâteau, on proposerait à certains contractuels non renouvelés des contrats dans d’autres services qui manquent de personnel par exemple le périscolaire ou les EHPAD. Les heureux élus seront ravis de trouver des contrats encore plus précaires en termes d’horaires avec des rémunérations toujours aussi catastrophiques. Et les enfants comme les résidents d’EHPAD seront enchantés de savoir qu’on leur envoie des personnes non formées.

Finalement, de l’international au local c’est la même chose : plus de sous pour la répression, des économies sur les activités non marchandes et possiblement émancipatrices. Les dirigeants s’augmentent et virent les précaires. Et tout le monde se demande quand est-ce que l’indécence prend fin ?



Articles de la même thématique : Salariat - Précariat