Se Connecter

Inscription

Non aux fermetures de classes

|

Face à l’ampleur des fermetures de classes en Haute-Vienne des parents ont décidé de s’organiser au sein d’un collectif qui regroupe les écoles concernées : nos enfants ne sont pas des moutons, arrêtez de les compter !

Comme chaque année en janvier, le gouvernement envoie aux académies la dotation en postes dans le premier degré pour l’année scolaire prochaine. Cette année, le gouvernement récupère un millier de postes d’enseignant.e.s pour, comme il l’avance, répondre à la baisse démographique généralisée en France.
Après répartition académique, ce sont 11 postes qui doivent être supprimés en Haute-Vienne à la rentrée scolaire 2023.
Cette dotation négative n’était pas survenue depuis des années dans notre département.

Penser la carte scolaire avec 11 postes en moins, c’est au final, décider de 28 fermetures de classe en Haute-Vienne : parce qu’il faut quand même ouvrir des postes là où les classes sont surchargées, parce qu’il faut continuer à abonder la brigade de remplacement qui est déjà très faible en Haute-Vienne et a pour conséquence des non-remplacements réguliers et des élèves sans enseignant.e.s quelques jours par an. Faire avec rien est peut-être difficile pour l’administration et cela conduit à compter les élèves et arbitrer les fermetures de classes sur la seule réalité chiffrée...

Chaque année, des collectifs de parents se forment pour tenter d’éviter les fermetures de classes dans leurs écoles, là où sont scolarisés leurs enfants. Et cette année encore plus, étant donné le nombre annoncé de fermetures. Cette année, les parents ont été reçus par l’administration et se sont entendus dire qu’à défendre « leur » école, ils n’étaient pas solidaires de l’École !

Aussi, un collectif de parents de la Haute-Vienne s’est créé pour nous rassembler, pour sortir de la solitude, de l’isolement et pour mieux nous faire entendre en tant qu’usager.e.s ambitieux.ses et néanmoins légitimes du service public.

  • Nous avons écrit au ministre de l’Éducation nationale via Manon Meunier, la députée de la 3e circonscription de la Haute-Vienne.
  • Nous avons crée une page Facebook pour relayer nos actions.
  • Nous avons une pétition en ligne qui prend chaque jour un peu d’ampleur.
  • Et nous nous sommes mobilisé.e.s en nombre ce lundi 20 février, date de la commission qui entérine la carte scolaire, au côté des organisations syndicales et des élu.e.s de notre département. N’ayant pas atteint le quorum suite à un boycott de nombreux.ses personnes qui siègent, cette instance a été reportée au vendredi 24 février.

Et si rien ne se passe, nous poursuivrons notre lutte commune et légitime pour notre École.

Ville, campagne, l’école a besoin de réels moyens pour fonctionner pour l’instruction, l’éducation et l’émancipation de nos enfants et, en aucun cas, nous ne souhaitons nous opposer. Aussi nous nous constituons en collectif, rassemblant des écoles de communes rurales, périurbaines, de quartiers prioritaires, etc.

Nous, parents d’élèves du département de la Haute-Vienne, souhaitons témoigner notre union, pour appeler à une autre politique et à un renforcement général du nombre d’enseignants




Articles de la même thématique : Services publics - Droits sociaux