Se Connecter

Inscription

Pour des forêts vivantes : le 30 juin à Guéret

|

Le massif forestier limousin est assailli de toutes parts. Le grand cycle de plantations des années 1970-1980 a fini par donner naissance à ces monocultures qui arrivent à « maturité économique ». Les grands industriels du bois convoitent la ressource. Depuis ces dernières années, les coupes rases se multiplient, encouragées par les subventions à la plantation du plan France relance [1]. Les engins forestiers détruisent les sols, les grumiers abîment les routes, et les usines transforment ce bois en pellets, en palettes, en papier toilette, en piscine, en bois d’œuvre de la transition – ne nous laissant que des terres nues. Dans cette logique industrielle, le bois n’est pas pour nous, la forêt non plus.

FargesBois à Egletons et Biosyl à Guéret

En Limousin, deux grand projets entendent accélérer les coupes et favorisent la logique de la coupe rase suivie de la plantation. D’une part, ces méga-projets participent à la conversion de nos forêts vivantes de feuillus en champs d’arbres résineux modelés pour l’industrie. D’autre part, l’usage local de la ressource se tarit, les petites unités de sciage ferment les unes après les autres. L’usine FargesBois à Egletons veut s’étendre pour doubler sa production et devenir la plus grande scierie de France. A ce titre, elle accentue la pression de coupe sur les plantations résineuses de la montagne limousine à un rythme qui excède le renouvellement de la ressource. Biosyl veut installer une de ses usines à Guéret pour produire 85 000 tonnes de pellets par an, issus à 80 % de forêts de feuillus. Les nuisances et mensonges de Biosyl sont déjà documentés et s’accumulent dans ses sites à Cosne-sur-Loire dans la Nièvre et de Lempdes-sur-Allagnon en Haute-Loire [2]. Alors que M. de Cockborne, président de Biosyl, continue à prétendre n’utiliser que des déchets de scierie, une enquête menée par Canopée dévoile qu’ils abattent des chênes centenaires pour les réduire en pellets [3].

Passage en force

A Guéret, l’heure est au passage en force. La préfecture de Creuse et M. de Cockborne s’entêtent ; malgré l’avis négatif des élu.e.s de la ville de Guéret le 16 novembre 2023, malgré une manifestation le 2 décembre 2023 contre l’enregistrement de l’installation de l’usine sans étude d’impact ni enquête publique, malgré une réunion publique regroupant 500 personnes le 28 janvier 2024 auquel aucun des porteurs de projet n’a dénié bon de venir défendre l’installation de cette usine.

Le dimanche 30 juin 2024, l’Assemblée des forêts vivantes et de nombreux collectifs locaux appel à un grand rassemblement à Guéret, pour empêcher l’installation de Biosyl, enterrer l’extension de Farges et pour laisser la place aux petites unités existantes ou à venir.

CONTRE l’accaparement des forêts
CONTRE les méga-projets industriels en Limousin
POUR des forêt vivantes et habitées
Mettons un coup d’arrêt à Biosyl et Farges !

10h : Conférence de presse sur le site de Biosyl
RDV 12h : Pique-nique festif au Jardin des Communs
14h30 : Départ de Manifestation