Se Connecter

Inscription

Merguez vagale pour Lombertie

|

Hier soir, dimanche 7 juillet, l’extrême droite qui était annoncée par tous les médias mainstream en tête des législatives anticipées arrive finalement en troisième place. Avant, Macron et toute la droite ont passé leur temps à cracher sur le Nouveau Front Populaire, dans la lignée des politiques racistestois sécuritaires et libérales. Localement, sur les trois circonscriptions, à la fin du premier tour il y a trois triangulaires. La droite arrive en dernière position partout mais ceux qui appellent au « barrage républicain » quand ça les concerne décident de risquer le passage de l’extrême droite sauf dans une circonscription.

Ce dimanche, rendez-vous était donné sur le parvis de la mairie à 20 heures pour ne pas rester isolé-e-s face aux résultats. À l’annonce du répit qu’on a arraché aux néofascistes les 200 personnes présentes sont soulagées. Un petit barbecue est allumé. C’est insupportable pour Émile-Roger Lombertie, maire de Limoges poursuivit pour harcèlement et à la politique sécuritaire d’extrême droite. Celui-ci décide de foncer seul pour éteindre le barbecue. Il jette du bois dans la fontaine attenante tout seul et commence à se faire envoyer bouler verbalement et barrer l’accès au barbecue. Quelques policiers municipaux le ramène en arrière. A-t-il suivi les groupes Télégram néo-nazi qui appelait à attaquer physiquement les rassemblements ? Avait-il tellement le seum que c’était insupportable pour lui de voir des gauchistes joyeu-ses-x ? Est-il devenu militant antispéciste et a vu qu’il n’y avait que de la viande de prévue ? On ne le sait pas. En revanche celui-ci affabule maintenant partout en disant qu’il a été agressé et qu’il aurait même pris des coups de poing que seul lui a vu. Il hésite à porter plainte. Bien sûr les médias en rajoutent en parlant d’un rassemblement d’ultra-gauche. On n’en fait jamais assez quand il s’agit de faire peur.

Suite à cette altercation la police nationale, casquée, gazeuses et LBD à la main, déboule avec une grande mission : éteindre ce black blockbercue. Des sessions de poursuite s’engagent au son d’une fanfare crépitante venue en soutien : à chaque avancée de la police, le barbecue est déplacé et la police est bloquée. À force, tout le monde finit par bloquer le carrefour. La police (se rendant compte du ridicule ? N’étant pas en nombre suffisant ?) renonce au barbecue et se met en tête de garder le carrefour une fois que tout le monde est retourné sur le parvis.

Quand la police se calme, tout se passe bien. Une fois de plus nous voyons que c’est la police qui décide du niveau de tension. Malgré les menaces des fascistes sur Internet, de la police (les mêmes ?) et de la mairie, il y avait du monde et de l’énergie à ce rassemblement auto-organisé. Les racistes sont toujours là, le capitalisme aussi, continuons sur notre lancée !