Se Connecter

Inscription

Pour se protéger de la police

|

On ne le répétera jamais assez, les armes de la police dites « non létales » tuent, mutilent, blessent gravement.
Et ce n’est pas votre gilet jaune ou votre k-way de combat qui vous protégeront...
Les informations n’ont pas tellement circulé dans les médias mainstream, mais il y a un très grand nombre de blessé·e·s partout en France et même à Limoges. A Paris, 13 500 grenades de toutes sortes auraient été tirées samedi 1er décembre : soit une toutes les 3 secondes...

Que ce soit pour monter à Paris, ou au cas où à Limoges, voici quelques conseils utiles afin de se protéger un minimum.

Quelques conseils de préparation avant et pendant la manif - avril 2018
Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... réduisons les risques !

Connaître les armes de la police :

Histoire, technique et business des armes dites « non létales »
Une enquête — historique, technique et géographique — sur les armes à létalité réduite, c’est-à-dire toutes les armes de la police censées ne pas tuer. A lire en trois parties, par le site Reims Médias Libres.

Les caractéristiques du LBD40 (appelé communément flashball)
Le LBD40 est le joujou qui a remplacé le « moins précis » flash ball. Vous trouverez toutes ses caractéristiques sur le site Désarmons les ! Le LBD40 reste l’outil qui a fait le plus de ravage, avec des blessures parfois indélébiles sur les corps des manifestants.

Rien que cette semaine :

  • Un lycéen se fait exploser les testicules à Meaux.
  • Dans le Loiret, un lycéen est entre la vie et la mort suite à un shoot de flash ball à la tête
  • Un jeune se fait arracher la joue par un tir à Garges.
  • Un gilet jaune est dans le coma à Toulouse suite à un tir à la tête.
  • Un gilet jaune bordelais s’est fait défigurer par un tir samedi dernier.
  • Une Calaisienne a été arrêtée près de 20 jours après un tir au pied.
  • Hugo Clément, journaliste s’est pris une balle de défense dans la tête samedi dernier à Paris.

Autopsie de la grenade « assourdissante » GLI F4
Autopsie de la grenade GLI F4 suite à une manifestation contre l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure où des affrontements ont éclaté entre opposant·e·s au projet Cigéo et gendarmes sur les champs entourant la commune de Saudron (Meuse). Plusieur·e·s blessé·e·s graves étaient à déplorer.

La grenade de désencerclement
Lors de la manifestation du 1er mai à Paris, les forces de l’ordre ont eu recours de manière intensive aux grenades dites « de désencerclement », occasionnant un grand nombre de blessé-e-s, dont certain-e-s gravement. C’est l’occasion de rappeler ce que sont vraiment ces grenades.

La grenade lacrymogène
Un article complet du Monde Diplo sur les lacrymo : cette arme présentée comme inoffensive et qui s’est imposée comme l’outil universel du maintien de l’ordre.

Pour les grenades lacrymogènes, attention, elles sont bouillantes, oubliez le ramassage à la main, et préférez l’eau qui les éteindra à coup sûr. Pour tous types de grenades, gaffe avant de les ramasser ou de shooter dedans, dans la précipitation il est difficile de savoir de quel type elles peuvent être.

Si vous voulez en savoir plus, on ne peut que vous conseiller l’excellent site du collectif Désarmons-les, contre les violences d’État, qui existe depuis 2016 et fait un travail incroyable sur les violences policières et les armes de la police, dont une excellente brochure synthétique.

Se protéger des armes de la police :

Protéger son nez, sa gorge, ses poumons : pourquoi le masque à gaz est utile
En ces temps agités, pas un jour ne se passe sans que l’on tente de nous intoxiquer ici ou là à coup de gaz lacrymogène.

Pensez à vos oreilles ! Non, un bonnet tricoté par Mamie ne suffit pas !
Quelques conseils quant à la santé auditive, notamment en manif...

En cas d’interpellation, quels sont vos droits en garde-à-vue, au tribunal :

Sortez couverts
Le groupe de soutien juridique de la Coordination contre la répression et les violences policières vient d’éditer un tract condensé (format A5 recto-verso) de sa brochure « Sortez Couvert.e.s »

Face à la police, face à la Justice
Un guide d’autodéfense juridique paru pour la première fois en 2007 aux éditions l’Altiplano a été repris, actualisé et augmenté par le collectif Cadecol (Caisse de défense collective).

Faites attention à vous et aux autres !