Se Connecter

Inscription

Flixbus, flexible avec les droits humains !

|

L’ambiance était plutôt sereine au départ de Lyon-Perrache ce matin du 13 février 2019 malgré l’habituelle surchauffe économique matinale de la ville et la ronde de quelques militaires lourdement armés dans les couloirs de la gare routière. Nous sommes maintenant en route sur la ligne 716 de Flixbus pour Clermont-Ferrand, Ussel, Tulle et Toulouse. Le bus est bien rempli et Fl(e)xibus n’a pas de soucis à se faire pour la rentabilité de sa ligne 716... « Fl(e)xibus, vous souhaite un agréable voyage, il y a de la wifi et touletouti ! »

Après avoir déposé et embarqué quelques passager-ères à Clermont-Ferrand, nous reprenons la route lorsque nous sommes stoppés par deux gendarmes à la hauteur du péage de La Brousse, en Auvergne.
Les deux gendarmes montent à bord et nous demandent de leur présenter nos documents d’identités. « Bonjour , contrôle d’identité. » Un gendarme s’avance dans le fond du bus et l’autre reste à l’avant. Les contrôles de papiers commencent et la tension monte d’un cran.

Après dix longues minutes, le gendarme à l’avant fait descendre une personne et la place dans le box vitré d’un local du péage. L’autre gendarme reste au milieu de l’allée et saisit différents documents. Le temps de comprendre ce qui se passe, il est demandé au gendarme présent dans le bus de justifier l’arrestation de la personne, celui-ci nous répond que la personne n’est pas arrêtée car elle n’a pas été menottée... « Est-ce que cette personne n’a pas de papiers ? que va-t-il se passer ? » Les questions restent sans réponses et il y a peu de réactions dans le bus.

Le gendarme descend du bus avec des passeports et documents, nous sommes plusieurs à descendre en même temps du bus. Cela fait maintenant 15 minutes que nous sommes à l’arrêt. Il est demandé au chauffeur si ce genre de contrôle arrive souvent et il nous dit que ça arrive de plus en plus. Le chauffeur est surtout préoccupé par le retard que nous prenons. Nous sommes plusieurs à être inquiets pour la personne arrêtée. Une personne du groupe tente de rentrer en contact avec la personne arrêtée mais il n’est pas possible de communiquer derrière ces vitres épaisses, quelques signes incompréhensibles sont échangés et assez rapidement un des gendarmes remonte dans le bus, il est lui est demandé si la personne arrêtée va pouvoir reprendre le bus avec nous, il n’y a aucune réponse à la question et il rend les documents.

A ce moment là, le chauffeur redémarre comme une flèche et nous presse de remonter pour ne pas prendre de retard. Dans l’empressement nous voila repartis et un sentiment mélangé de colère et d’impuissance se fait ressentir. Quelques personnes échangent sur ce qui vient de se passer et après réflexion nous constatons que cette arrestation était purement arbitraire et discriminatoire puisque d’autres personnes n’avaient pas de documents officiels à présenter. La présentation d’un chéquier ou une carte de transports en commun ont suffi pour certain-e-s.

Nous repartons donc sans connaître le motif de l’arrestation, le nom de la personne et ses besoins... Voilà ce que l’on peut vivre dans un voyage Flixbus en 2019. Ça ressemble terriblement à du tri sélectif puisqu’il n’y a globalement que des personnes précaires qui utilisent ce « service ». D’autre part le peu de réactions des usagers était stupéfiant et facilite grandement ce genre de pratique par les gendarmes.
Des inquiétudes restent en suspens : est-ce que Flixbus fournit des informations à la gendarmerie sur ses usagers, est-ce que ces contrôles sont légaux ? Et un fait ! Il y a des pratiques inadmissibles et arbitraires au sein de la gendarmerie...

La législation est assez complexe sur les contrôles d’identité en France. En dehors de la zone Schengen (20 km autour des frontières), ils ne peuvent être effectués que sur la voie publique ou sur suspicion de travail dissimulé ou d’infraction grave comme le terrorisme, le trafic d’armes et de drogues.... Nous pouvons donc insister sur l’illégalité de ce type de contrôle et nous y opposer quand nous connaissons ces lois...

DES PAPIERS POUR TOU-TE-S OU PAS DE PAPIERS DU TOUT

Un usager.