Se Connecter

Inscription

Instaurer le communalisme

|

2020, année des élections municipales... et si on se passait des maires et qu’on reprenait nos villes en main ? C’est le thème d’un débat organisé par le Repaire de là-bas si j’y suis, en partenariat avec la CNT, mercredi 8 janvier à 18h au CIRA, 64, av. de la Révolution (entrée libre).

Qu’est-ce que le communalisme ?

Une « Cité en commun » serait d’abord une commune qui viserait l’institution des communs. La notion de « communs » est partie de la découverte au tournant des années 2010 des travaux de l’économiste américaine Elinor Ostrom autour des « communs » entourant des espaces naturels comme des pâturages, des forêts, des lacs, des zones irriguées : on s’est aperçu que des petites sociétés paysannes dans des endroits très différents du monde avaient mis en place, parfois depuis des siècles, leurs propres institutions, leurs propres droits, leur propre système d’autogouvernement démocratique, leurs propres règles de fonctionnement pour gérer ces espaces naturels en commun, en dehors du cadre de la propriété privée, du marché et de l’État.

Défendre cette forme d’organisation aujourd’hui est révolutionnaire, anticapitaliste, anti-étatique, anti-hiérarchique, écologique et féministe : il consiste à créer un mouvement de communes confédérées pour en faire des « contre-institutions » face à l’État-nation et substituer à celui-ci une confédération de communes.

Ainsi, la « Cité en commun » serait à la fois un monde de communes confédérées organisées sur la base de la démocratie directe et une ville organisée autour des communs.
Comment tous ensemble, reprendre le pouvoir dans nos communes ? Comment organiser la démocratie directe ?
A quelle échelle (AG par quartier/ des représentants ? Comment les contrôler ? Comment empêcher l’accaparement du pouvoir par une ou plusieurs personnes) ? Quel mode de décision (vote, consensus, référendum...).
Quels domaines d’action ? (les communs, lieux collectifs, l’enfance, santé, culture, logement).
Quelle articulation entre habitants, associations, lieux de production ?
Comment prendre en compte l’ensemble des habitants, notamment ceux qui sont
habituellement exclus du pouvoir (femmes, pauvres, vieux, sans papiers...) ?
Quelle place pour l’écologie et quels modes de production ?
Comment résoudre le problème des inégalités entre quartiers ?
Quels financements ? Impôts ? Quelle place donner à l’argent ?
Comment faire advenir ce mode d’organisation ?
Comment partager le plus largement possible cette démarche ? Se former à un autre mode de fonctionnement en collectif ?



Articles de la même thématique : Éducation - Partage des savoirs

Grève des AED à Limoges