Se Connecter

Inscription

Accueil > Ailleurs

  • Écologie - Nucléaire - Alternatives

    La ZAD du Carnet est toujours là !

    Nous avons été expulsé.es de la ZAD du Carnet, 400 hectares de zone humide et sauvage à une quarantaine de kilomètres de Nantes [1], mardi 23 mars dès 5 heures du matin avec une débauche de moyens : 800 gendarmes sur zone et aux alentours, 3 zodiacs, 2 hélicos, 2 blindés… Le tout après un mois de pression psychologique causée par la menace d’expulsion et la présence accrue de gendarmes.
    A la suite de l’évacuation des humain.es, des gendarmes mobiles restent sur zone ainsi qu’une entreprise de sécurité privée pour empêcher une réoccupation. Un tel déploiement de forces policières nous semble être une grotesque mise en scène de la toute puissance de l’état autoritaire, qui vise à décourager par avance la moindre contestation.
    Dans ce communiqué nous souhaitons partager notre analyse de la situation entre colère, optimisme et détermination car la lutte pour un Carnet libre et sauvage continue !

  • Aménagement du territoire

    Appel à une seconde vague d’action contre la réintoxication du monde

    En mai dernier, en plein déconfinement, nous publiions un appel à « Agir contre la réintoxication du monde le 17 juin » émanant de plusieurs collectifs, syndicats, associations et territoires en luttes en France et en Europe. Si la journée du 17 juin n’avait pas été particulièrement médiatisée, des actions ont quand même eu lieu un peu partout et les collectifs qui en sont à l’initiative n’ont pas l’intention d’en rester là : ils appellent donc ici à une « seconde vague », comme on dit aujourd’hui, le 17 novembre prochain.

  • Agriculture - Paysannerie

    Amassada - Grand week-end de résistance les 1, 2 et 3 novembre (Aveyron)

    L’ Amassada (Assemblée et feu hameau de lutte contre le projet de méga-transformateur Sud-Aveyron) appelle à un grand week-end de résistance les 1, 2 et 3 novembre. Pour réagir ensemble à son expulsion et sa destruction par une opération militaire le 8 octobre dernier. Pour faire valser les promoteurs de la colonisation industrielle des territoires. Pour attaquer les mensonges criminels de la « transition énergétique » et de l’écologie de marché. Pour fêter le courage et la dignité de celles et ceux qui luttent, partout.