Se Connecter

Inscription

Occupation de pôle emploi d’Ussel par les GJ

|

Nous occupons l’agence pôle emploi d’Ussel dans un état d’esprit tranquille et tout public !

Mise à jour à 16h53 : ERRATUM
Malheureusement l’occupation de l’agence pôle-emploi n’a pas eu lieu. Elle était fermée, tout comme la sous-préfecture... la petite idée (qui pourrait en appeler d’autres !) a dû fuiter quelque part... Le texte qui a été publié a néanmoins bien été diffusé ce matin, et un groupe de gilets jaunes a joyeusement déambulé dans les rues d’Ussel.
En attendant la prochaine occasion...

Nous ne laisserons pas le mouvement social des gilets jaunes se faire abuser par des tentatives de détournement de l’État, que ce soit par la pluie de violences policières qui s’abat sur nos têtes, ou que ce soit par l’importance accordée à des phénomènes sociétaux conjoncturels.

Macron avec ses 18% du corps électoral a entrepris de briser tous les dispositifs de solidarité auxquels nous tenons. Nous ne laisserons pas faire.

Nous appelons tous les collectifs opposés à ces politiques de casse sociale à faire de même.

Macron un président pour les très riches !

Pour compenser ses cadeaux fiscaux (suppression de l’ISF, réforme des taxes sur les revenus du capital, allègement de l’Exit Tax), Macron tape encore sur les populations fragiles et poursuit sa sape sociale.

En 2019, les 2% les plus riches capteraient 42% des gains de pouvoir d’achat générés par les nouvelles mesures fiscales ! Et pour justifier les mesures antisociales, on stigmatise les pauvres, on culpabilise les précaires.

Depuis octobre 2018, les cotisations salariales pour l’assurance-chômage ont été supprimées, sous prétexte d’alléger les charges, en pratique les salaires n’ont pas réellement augmentés. L’état provoque un plus grand déficit de l’assurance-chômage pour pouvoir lancer sa chasse aux pauvres...

La loi passée en 2018 prévoit :

  • Multiplication par 4 des contrôleurs d’ici 2020, tout en réduisant proportionnellement les postes de conseillers ;
  • Flicage quotidien et possibilité de suspension des allocations pour 1, 2 ou 6 mois, donc des mois à 0 euros de revenu ;
  • 2 refus d’ORE (Offres Raisonnables d’Emploi), y compris pour des emplois précaires et mal payés, on perd ses droits chômages, pour lesquels on a cotisé ;
  • Les allocations seront dégressives dans le temps ;
  • Les allocations pour les travailleur-ses saisonnier-es vont être divisées par 2. 1,3 milliards d’économies, c’est le montant perdu avec la réforme de la taxation des revenus du capital...

Pendant ce temps là, à titre d’exemple, un député au chômage peut toucher 3200 euros par mois et ce jusqu’à 3 ans (2 max pour les autres...) et aucun contrôle n’est mené pour s’assurer qu’il poursuit bel et bien sa recherche d’emploi puisque qu’aucun organisme n’en a la charge. Là, on ne parle pas d’assistanat, comme on ne parle pas d’assistanat à propos des dizaines de milliards reversés aux entreprises du CAC40 au titre du CICE, etc.

En attendant les réformes des retraites et de la santé...

Nous ne laisserons pas faire.



Articles de la même thématique : Gilets jaunes