Se Connecter

Inscription

Le député LREM Moreau annule sa venue à Felletin et agite le chiffon de « l’ultra-gauche »...

|

Janvier, le temps des vœux.

C’est-à-dire le temps pour les députés de serrer des mains, boire (et faire boire) du mauvais champagne et distribuer des promesses dans les campagnes de leur fief. C’est aussi pour eux l’occasion de se confronter au mécontentement et à la colère que provoque leur politique destructrice et injuste. Oui la colère monte, et la population saisit l’occasion de ces cérémonies pour l’exprimer. La macronie en marche, qui a prévu de rencontrer le peuple, renonce et doit plus d’une fois faire marche arrière… Niort, Besançon, Clermont-Ferrand, Limoges, Montmorot, Bourg-en-Bresse, Alès,… il est difficile de tenir le compte des rendez-vous LREM annulés.

Vendredi 31 janvier c’est Jean-Baptiste Moreau, élu LREM de la Creuse qui avait prévu une petite réception à Felletin. Là encore, quand l’information de sa venue circule, des habitant.e.s du territoire, vêtu.e.s pour certain.e.s de gilets jaunes, s’organisent spontanément pour recevoir celui qui se dit leur représentant. Et là encore le député annule. Pas question pour lui d’entendre la colère, pas question d’entendre la révolte, pas question d’admettre l’évidence. Il choisira la fuite.

Moreau se rabat au dernier moment sur la commune de Jarnages (son suppléant à l’Assemblée nationale en est le maire). Mais le plan B est éventé et Moreau découvre à son arrivée le comité d’accueil tant redouté... C’est dans une salle encerclée de gendarmes, devant un maigre public soigneusement sélectionné, que le député promet vaguement des millions d’euros pour le département et se félicite des bons résultats de la politique d’Emmanuel Macron… Dehors on tambourine aux fenêtres, chantant haut et fort qu’ « on est là ! ».

Moreau déclare accepter de rencontrer des opposants, mais uniquement ceux qu’il choisit, en l’occurrence les syndicalistes, qu’il juge « représentatifs ». C’est-à-dire des opposants factices qui acceptent de n’être que les figurants du théâtre démocratique. Une poignée de syndicalistes avait annoncé son intention de manifester son opposition à Moreau, mais cette opposition est justement si inopérante, si inoffensive que le député l’invite de lui-même... Les représentants de l’intersyndicale creusoise auront donc été prévenus du changement de destination pour Jarnages et autorisés à monter un barnum devant la salle des fêtes, déballant eux-mêmes costumes et vin pétillant pour l’occasion, tenant leur rôle assigné dans la farce de cette soirée...

Ainsi pendant que le député joue à la démocratie devant un parterre de citoyens choisis pour leur docilité, les membres de l’intersyndicale jouent à l’opposition démocratique, récitant un discours vide, dans le vide…

Un épisode de plus dans la déroute de la clique macroniste…

Mais nous sommes en Limousin. Et en Limousin, depuis 2008 et « l’affaire de Tarnac », le Pouvoir a un épouvantail facile à agiter, un lapin à sortir de son chapeau, un ennemi intérieur tout trouvé quand il ne sait vraiment plus quoi dire : « l’ultra-gauche ».

À France 3 Nouvelle Aquitaine (édition Corrèze), Moreau explique pourquoi il a annulé sa venue à Felletin : il ne souhaite pas exposer « les syndicalistes, les citoyens et les forces de l’ordre » à « la violence physique » dont « les représentants de l’ultra-gauche […] sont capables, […] c’est pour ne pas les mettre en danger [qu’il a] décidé de délocaliser cet événement ». Ouf, merci JB, on l’a échappé belle !

La chaîne de télévision publique évoque des « menaces » (lesquelles ?) d’individus « radicalisés et extrémistes » . Pas d’enquête, pas d’interrogations, elle se fait le porte-voix direct des services de police. Sur son site Internet, dans un article truffé de fautes d’orthographe au milieu duquel se glisse une publicité pour le Crédit agricole, le journal La Montagne évoque quant à lui « un petit groupe (…) des environs de Tarnac [qui] ressemble à l’ultra-gauche (sic) ». Encore un beau travail journalistique.

Le Pouvoir est aux abois, ses chiens de garde aussi.



Articles de la même thématique : Gilets jaunes

Articles de la même thématique : Action directe - Sabotage

Sabotage Enedis