Se Connecter

Inscription

Attention au virus, et surtout à l’Etat

|

Obéissance, autorité, sanitaire, droits de l’individu

Pourquoi j’ai choisi de vivre mon confinement à la campagne ? Pour ne pas être contraint.
Je m’explique : le confinement mis en place par l’Etat, je suis contre. « Mais là, il y a une épidémie, et elle est grave, c’est le seul moyen pour la limiter ! »
Alors à ça je répondrai : oui il y a une épidémie mortelle et il faut composer avec, cependant la mise en place du confinement montre plusieurs choses, certes que pas mal d’entre vous qui me liront savent déjà, sur notre système, et l’importance de le changer.

Soumission à l’Etat

Tout d’abord c’est scandaleux de voir que l’Etat a les moyens d’obliger plus de 60 millions de personnes à rester enfermées dans le même lieu pendant un nombre x de jour. Je savais les prisons et les hôpitaux comme des moyens de contrôler drastiquement les corps, cependant je ne pensais pas qu’il était possible d’imposer UNE SEULE ligne de conduite à une population. Déjà avant ça le gouvernement nous imposait de suivre des lois, et si la loi que « nul n’est censé ignorer » n’était pas respectée, alors là, punition. Mais aujourd’hui on a franchi un cap dans l’autoritarisme. Pour sortir il faut respecter des conditions et avoir une attestation (retour des cartes de rationnement bientôt ?) sous peine d’être IMMEDIATEMENT sanctionné.
Je ne veux pas jeter la balle sur les personnes qui diront que c’est normal, on a tellement été soumis à l’Etat qu’en fait tout ce qu’il fait nous parait juste. Oui mais voilà, il est là le problème. Depuis longtemps des décisions techniques nous sont imposées, je dis techniques parce que spécifiques à tel ou tel domaine de leur société (dont j’espère sortir le plus rapidement possible). Prenons en exemple l’économie et les traités de libre-échange et tout ce qu’ils impliquent.
Les bourgeois qui nous font subir leur vision du monde se scinderont en deux catégories. Les contre qui diront vulgairement : je suis contre, ça va mettre de la viande étrangère moins chère sur le marché et tuer nos agriculteurs locaux. Les pour qui diront vulgairement : je suis pour ça permettra d’agrandir le marché de la viande française, blabla, prestige national.
Bon beh voilà, parfait on parle du marché, je n’y connais rien mais je vais subir leur décision qu’ils argumenteront dans le journal du 20 heures de France 2. Il est où mon libre arbitre ? Mais voyons j’ai voté à l’élection du président. Et bien non je n’ai pas voté parce que je ne consens pas à subir le système. Du coup on arrive au fond du problème, l’Etat me chie dessus. Et même si j’avais voté, deux possibilités se dessinent.
La première : j’ai voté pour quelqu’un d’autre que le président mais je subis quand même les conséquences de l’idéologie du président alors que je n’ai pas voté pour lui. La deuxième : j’ai voté pour lui, d’accord, cependant est-ce que ça m’empêche de subir des lois, etc., qu’il mettra en place, mais qu’il n’aura pas écrit dans son programme, ou pire encore qu’il a écrit dans son programme, mais voilà il en aura écrit qu’une version vulgarisée, sans technicité qui m’aurait permis sans doute d’avoir à ma connaissance plus de paramètres pour croire que c’est mon libre arbitre qui décide.
M’enfin bon, on sait bien que le système est nul, nous supprime nos possibilités de décider, et même lorsqu’on pense pouvoir décider, c’est faux.

Dérive autoritaire

Pour en revenir au confinement sous prétexte d’une épidémie, je refuse cette pratique parce que je refuse que ce soit l’Etat qui me l’impose, pas parce que c’est inutile, mais parce que ça crée un précédent. Marcher un peu plus sur les libertés sous prétexte sanitaire. Ça installe un climat néfaste, et qui, j’espère, cependant permettra à tout le monde de se rendre compte de la dérive autoritaire que nous subissons. Je parle là des moyens mis à disposition pour faire respecter le confinement. Contrôle de police, hélicoptères, armée, drones, caméras de surveillance, récolte de donnée, dénonciation de son voisin, agression de personne, dispersion avec des grenades (la BAC en Seine-Saint-Denis), etc.
A l’heure où j’écris, rien ne me garantit que, vu comment ça fonctionne de manière générale, ce type de mesure ne soit plus jamais reprise. Concrètement les libertés sont encore plus piétinées qu’elles ne l’étaient avant. De plus, à en croire un sondage ODOXA (qui a ses limites) 94 % de la population est d’accord avec ces pratiques. Ça nous montre tout simplement que les arguments d’autorité ont un long avenir. Oui parce que quand le président nous dit que c’est la seule manière efficace de lutter contre l’épidémie, j’écoute et j’applique ce qu’il dit, sans savoir, juste parce que c’est lui qui parle et qu’il fait figure d’autorité. Ensuite qu’implique le confinement ? Tout un discours de guerre et de mesures drastiques qui vont encore une fois mettre dans la merde tout le prolétariat et les seuls qui gagneront encore seront les bourgeois.

Pour finir ma perception de la situation ne m’empêche pas de faire attention aux gens qui m’entourent. Bref ma pensée est sans doute brouillonne, elle est en train de se construire, mais j’espère que tout le monde est bien vigilant à ce qu’implique l’état actuel des choses.



Articles de la même thématique : Coronavirus