Se Connecter

Inscription

Israël/Palestine, quels possibles ?

|

Béatrice Orèst, Sonia Feyman, seront les intervenantes de cette soirée débat vendredi 26 janvier, 20 h 30, salle Jean-Pierre-Timbaud à Limoges. Toutes deux avec Michèle Sibony, sont militantes au sein de l’UJFP. Elles sont, toutes les trois, coautrices du livre Antisionisme, une histoire juive recueillant des textes courant de 1885 à 2020 où se fait entendre la diversité des voix – religieuses ou révolutionnaires, libérales ou humanistes – qui se sont élevées contre le sionisme en Occident, au sein du monde arabo-musulman et en Israël même.

Mise à jour : avant la soirée, retraite aux flambeaux, vendredi 26 janvier, 18 h 30, préfecture.

Le livre Antisionisme, une histoire juive recueille des textes courant de 1885 à 2020 où se fait entendre la diversité des voix – religieuses ou révolutionnaires, libérales ou humanistes – qui se sont élevées contre le sionisme en Occident, au sein du monde arabo-musulman et en Israël même.

Israël Palestine, quels possibles ?

Quand le président de la République reprend publiquement à son compte l’idée que l’antisionisme serait l’antisémitisme d’aujourd’hui, qu’est-ce que cela peut signifier, sinon qu’est légitime l’installation d’un État ethnique à référence religieuse sur la terre de Palestine, en repoussant dans les marges la population autochtone ?

Sonia Fayman et Béatrice Orès ont coordonné avec Michèle Sibony le recueil d’une cinquantaine de textes Antisionisme, une histoire juive. Elles évoqueront comment le sionisme a fait irruption dans le monde juif de la fin du XIXe siècle qui lui fut majoritairement hostile, et en quoi de nombreux auteurs, dont Yakov Rabkin déjà venu à Limoges, s’opposent au sionisme au nom de la Torah mais pas que. Si des auteurs affirment l’existence d’une « nation juive », cela ne signifie en rien que cela doive se traduire par l’établissement d’un territoire, à plus forte raison d’un territoire déjà habité. Le sionisme, colonialisme de peuplement tardif, s’est retrouvé inéluctablement l’instrument d’une pénétration impérialiste occidentale.

Le piège se referme sur une population israélienne qui ne voit aujourd’hui majoritairement de solution que dans l’épuration ethnique, voire le génocide comme à l’heure où nous écrivons.

Sonia Fayman et Béatrice Orès tenteront de vous convaincre qu’il n’y a de paix possible durable pour une population juive dans cette région du monde que dans l’égalité des droits, et la reconnaissance et la réparation des crimes commis.

Vendredi 26 janvier à 20 h 30
salle Jean-Pierre-Timbaud - Limoges



Articles de la même thématique : Solidarités internationales

Message de Gaza