Se Connecter

Inscription

Quatre gilets jaunes condamnés pour dégradation et injures publiques à Limoges

|

Contrairement à ce qu’on croyait, des gens visionnent les images enregistrées par les caméras de surveillance de la préfécture. Quatre gilets jaunes en ont par hasard été les victimes en se retrouvant condamnés pour dégradation et injures publiques le 25 avril.

Quatre gilets jaunes ont été condamnées à 50 heures de travail forcé (TIG) pour deux méfaits commis à Limoges les 17 et 22 avril. Ils ont reconnu avoir accidentellement relooké les murs de la préfecture de Haute-Vienne (tendance automne-hiver-printemps, avec donc une dominante jaune), le 17 avril au soir. Ils ont également reconnu avoir éparpillé des tracts insultant le Leader de la République 5 jours plus tard, le 22 avril, toujours autour de la préfecture (et dans sa cour intérieure).

Après avoir visionné les films certainement passionnants enregistrés par les caméras de surveillance, une personne a été identifiée et interpellée le 24 avril, à la suite de quoi les trois autres protagonistes se sont rendus au commissariat pour s’auto-incriminer.

L’affaire est brièvement évoquée par le Populaire du centre (notez les habituels commentaires pleins d’empathie) et par France 3 (qui ne permet pas de laisser de commentaires).



Articles de la même thématique : Gilets jaunes