Se Connecter

Inscription

Annulation du festival de La Bascule sur le plateau de Millevaches

|

Le comité La Bouscule répond aux écolo-macronistes. Texte paru dans lundimatin#199, le 8 juillet 2019.

L’An Zéro, saison 1, épisode 4. Après l’annonce de la tenue fin août d’un festival écolo macron-compatible sur la commune de Gentioux-Pigerolles, sur le plateau de Millevaches, diverses oppositions, dont celle du Comité La Bouscule, s’étant manifestées, des bénévoles de La Bascule, le « lobby citoyen » porteur du projet, ont appelé en catastrophe à une rencontre avec les habitants du plateau sur la commune de Faux-la-Montagne (Creuse). Après cette rencontre, La Bascule a annoncé annuler la tenue du festival sur le lieu prévu, et son leader (absent ce jour-là comme toujours) s’est plaint que ses bénévoles se soient fait « insulter, menacer et violenter ». M. de Rostolan ayant eu tout loisir de faire avaliser son récit par la presse locale et nationale (La Montagne, Le Populaire, France Bleu, France 3, l’Opinion, « quotidien pro-business », etc.), lundimatin, fidèle à son souci d’impartialité, donne la parole ci-dessous au Comité La Bouscule qui, contrairement à M. de Rostolan, se trouvait sur place. D’ores et déjà, une question nous intrigue, à laquelle nous aimerions que les bénévoles répondent eux-mêmes : s’ils ont été brutalisés comme le raconte leur leader, comment se fait-il qu’ils soient après la réunion allés boire des bières avec leurs contradicteurs ? Ont-ils été pris du syndrome de Stockholm ?

Mais quand cesserez-vous de prendre les gens pour des cons ?

Le grand ennemi d’un langage clair est l’insincérité… Notre temps est tel qu’il n’y a plus nulle part où l’on puisse se prétendre « hors politique ». Toutes les questions sont devenues politiques. Quand le climat général est mauvais, le langage aussi doit souffrir.

George Orwell, Politique et langue anglaise, 1946

C’est, depuis qu’elle existe, le propre de la communication politique que de présenter du réel une image méthodiquement inversée. Seulement cet art est à ce point enseigné partout désormais, cette disposition s’est tant diffusée socialement, qu’elle forme l’une des perversions les plus banales de ce temps. Ainsi ceux qui se révoltent doivent-ils être nécessairement peints en fascistes et ceux qui leur arrachent mains et yeux sont-ils les garants de la démocratie. Ainsi ceux qui expriment leur incrédulité sur la place publique face à la dernière arnaque politico-idéologique en date sont-ils fatalement des totalitaires. Et ceux qui prétendent sauver le monde avec l’aide des mêmes puissances capitalistes qui l’ont ravagé doivent-ils être accueillis en bienfaiteurs ; et leur prêter des intentions autres que purement altruistes constitue un blâmable défaut de bienveillance.

Comment une réunion publique organisée par les promoteurs du festival l’An Zéro afin de « répondre aux questionnements et aux inquiétudes des habitants » et ayant tourné à la nette défaveur de ses organisateurs, donne finalement lieu à un article de la rubrique « Totalitarisme » du journal L’opinion titré : « Comment Julien Coupat a saboté un festival écologique et décroissant dans la Creuse », voilà qui mérite d’être tiré au clair. Du moins pour ceux à qui ne suffit pas le fait que ce soit un autoproclamé « quotidien libéral, européen et pro-business » qui vole ainsi au secours d’un festival dont le principal défenseur se révèle être curieusement le député LREM du coin (et avec l’appui constant et depuis le début de ce dernier, comme il le révèle dans un commentaire au dernier message plaintif de Rostolan sur Facebook), ou que la préfète de Creuse s’empresse de retweeter l’article à peine celui-ci paru.

Revenons, donc, sur les faits. Le 19 juin dernier, suite à la parution de plusieurs textes d’habitants sidérés par l’annonce d’un festival prétendument écologiste de 50 000 personnes chez un entrepreneur agricole macroniste alors qu’il accueillait sur son exploitation François de Rugy, nous appelions pour le mardi 2 juillet à une réunion publique à Faux-la-Montagne sur le thème « An Zéro à Gentioux-Pigerolles : pourquoi être contre ? » Le 29 juin, nous apprenions dans la presse locale que le collectif La Bascule, initiateur de ce projet de festival, avait trouvé malin, de toute évidence afin de nous couper l’herbe sous les pieds, d’appeler à sa propre réunion dans la même salle du même village le 1er juillet, la veille donc de la nôtre. Les basculeurs devaient en outre passer l’après-midi du lundi, comme tout « marcheur » qui se respecte, à faire du porte-à-porte dans le bourg. Ce qui se présentait comme un innocent moment de rencontre avec l’habitant était donc surtout une manœuvre hostile visant à occuper le terrain. « Être le premier à parler », comme on l’enseigne dans le premier cursus de relations publiques venu. Le sens de l’opération ne pouvait échapper à personne. Quoi d’étonnant, dans ces conditions, à ce que l’invitation de La Bascule ait attiré notamment ceux qui trouvaient insensée l’initiative de Gentioux-Pigerolles ? Pour ceux qui nourrissaient encore quelques doutes à son sujet, ses « éléments de langage » auront achevé de les convaincre. Nous nous sommes ainsi trouvés une soixantaine face à huit jeunes bénévoles de La Bascule plus ou moins perchés et à la chargée de com’, Lena Abbou, qui l’était beaucoup moins. Cette professionnelle des relations publiques a beau avoir exercé ses talents pour le compte du ministère israélien des Affaires étrangères autant qu’au conseil régional Jeunes d’Ile-de-France, il manquait manifestement à son cursus de battante le module « Faux-la-Montagne ».

Un défaut de pédagogie ?

C’est un revers logique de l’universalité de la com’ que celle-ci, précisément du fait qu’elle s’est insinuée partout, ne fonctionne plus nulle part. Et c’est, dans cette époque, le grand désespoir des communicants. Tout se passe comme si l’espèce humaine, au bout d’un siècle, avait fini par développer une sorte de résistance immunitaire à la propagande. Le crédit des gouvernants, des politiciens, des journalistes, voisine zéro. La naïveté crasse est en voie d’extinction. Tout le monde voit bien les manipulations à l’œuvre, les affects que l’on tente de lui soutirer, les confusions opportunes que l’on opère au moyen du langage. Sans cela, pas de Gilets jaunes. L’excès d’incrédulité est devenu la condition de fonctionnement en même temps que la limite de tout gouvernement. Tant qu’ils ne sont pas à portée de crachat, de quolibet ou de mitraille, les gouvernants n’ont donc plus à se soucier de vraisemblance, vu que personne ne les croit, quoiqu’ils disent. Et ce fut bien là le malheur de Lena et de ses basculeurs : se trouver à portée d’objection. Leur com’ s’est heurtée au réel, et elle s’y est lamentablement crashée. S’ils ont été bousculés, c’est par leur choc avec l’intelligence, la finesse, la lucidité et l’humour des habitants rassemblés. Tous les grands sourires gourmands de publicitaires partant d’un « merci d’être là, c’est cool ! », toutes les autocritiques sur la méthode pour esquiver les critiques sur le fond – on croyait entendre Macron ou le Premier ministre venu reconnaître un « défaut de pédagogie » pour mieux infantiliser le bon peuple rétif -, toutes les flatteries sur l’air de « j’adore ce que vous faites, c’est tellement exemplaire, tellement intéressant ce que vous faites sur le plateau », tous les appels à la convergence des loups et des moutons, tous les chantages à l’urgence climatique pour nous forcer à accepter l’inacceptable, toutes les tentatives de soudoiement en promettant à l’un ou l’autre un stand dans leur enfer et le petit billet qui va avec, les protestations des basculeurs d’être « à fond Gilet jaune », « à fond des quartiers populaires » voire de sauver des vieilles dames dans les manifestations, etc. Toute cette rhétorique qui marche peut-être à la télé, là où il n’y a personne pour répliquer, s’est effondrée sous les yeux incrédules de ses propres promoteurs. Les trémolos de pacotille dans la voix et le sentimentalisme de commande n’y ont rien fait.

À voir les jeunes sommairement endoctrinés de La Bascule, à entendre d’un d’eux s’exclamer « Maxime, c’est l’essence de La Bascule », on se dit que l’on a manifestement affaire à une sorte d’hybride entre la secte et la start-up. C’est dire, en effet, si l’atterrissage a dû être violent pour eux. Mais cela n’incrimine que ceux qui, jusque-là, les ont fait planer. Avant de sortir de leur « écosystème », les basculeurs croyaient que leur invraisemblable sabir managérial à peine digéré de l’école constituait une façon de parler comme une autre, et non une insulte à l’intelligence. Que tous ces gens qui tentent de construire et d’expérimenter des sorties de la catastrophe qu’est cette civilisation font cela bêtement dans leur coin en attendant que des basculeurs qui ne savent rien faire viennent les « relier entre eux » et « médiatiser leur expérience ». Que le « combat idéologique » à mener pour en finir avec le désastre pourrait se faire dans le langage de l’innovation, du management et des entrepreneurs, bref : de l’économie. Que déclarer « l’idée de gouvernance partagée, ça a changé ma vie », ou « les Gilets jaunes, c’est la codéfinition » va vous attirer autre chose que des sarcasmes bien mérités. Ou que concéder au final « c’est vrai qu’on a des points communs avec Macron » n’équivaut pas à clore la discussion en concédant la victoire à ses contradicteurs. Manifestement, il y a encore du boulot pour former des candidats crédibles pour les prochaines municipales…

Pour tout observateur sincère, ce qui s’est passé lundi 1er juillet autour du lavoir municipal de Faux-la-Montagne, au terme de deux heures d’argumentation vivace et serrée entre deux positions opposées - l’une qui soutient que c’est avec les catégories, les moyens et le personnel du capitalisme que l’on échappera au désastre où il nous a mené, et l’autre que ce n’est pas avec ceux qui ont détruit le monde qu’on va le réparer – c’est une victoire à plate couture de la seconde. Une défaite aussi écrasante peut faire mal au cœur de certains, même parmi les vainqueurs, mais c’est cela qui s’est passé. Il faut croire que le combat a été mené à la loyale, sans quoi les basculeurs ne nous auraient pas suivis au bar du village pour continuer le débat, ni ne se seraient réunis presque joyeux devant l’église, une fois le bar fermé, pour se dire « on annule ! ». C’est peut-être inadmissible pour Maxime de Rostolan, le député LREM, la préfète et les plumitifs aux ordres, mais le fait est que nos arguments ont porté. Ils ont touché juste parce qu’ils sont logiques, évidents, indéniables, bref : vrais. Au fur et à mesure de la discussion de Faux-la-Montagne, les basculeurs ont compris qu’il n’était tout simplement pas malin pour une entreprise qui doit cacher sa visée macroniste derrière un écran de bonne volonté et de confusion de faire sa mégateuf chez l’agriculteur le plus furieusement macroniste du coin. Et quand, en conclusion de la réunion, le propre frère de l’agriculteur, habitant du même hameau que lui, fait état de ce que personne n’a pris la peine de lui annoncer ce qui se profilait à deux pas de chez lui, ils ont soudain compris ce que veut dire le mot « hors-sol ».

Ce qui s’est passé lundi 1er juillet, c’est que La Bascule a organisé une réunion publique pour présenter son projet aux habitants et qu’aucun d’entre eux ne s’est prononcé en sa faveur, bien au contraire. Maxime de Rostolan peut venir réécrire l’histoire quatre jours plus tard en écrivant, paternaliste et mauvais joueur, « les jeunes qui venaient dialoguer se sont fait insulter, menacer, violenter. Ils sont ressortis choqués de cet échange qui n’en fut pas un ». Il parle de circonstances qu’il n’a pas vécues, et contredit le témoignage même de ceux au nom de qui il parle. Comme aiment tant à le faire tous les pervers tyrans de cette époque, il se pose en victime, mais surtout il esquive sa propre responsabilité : avoir envoyé au charbon des jeunes certainement pleins de bonne volonté, mais formés à la va-vite. Qui peut croire, comme le soutiennent unanimement De Rostolan, le député et la préfète, qu’une quinzaine de fanatiques auraient mis en déroute une aussi lourde machine qu’un festival de 50 000 personnes ?

Pour nous, nous aurions de loin préféré croiser le fer avec De Rostolan lui-même plutôt qu’avec ses seconds couteaux. Malheureusement, il ne pouvait pas : il devait préparer sa conférence du lendemain dans le VIIIe arrondissement de Paris, au siège de Arp-Astrance, une société de « conseil en immobilier, management de projet et programmation, aménagement d’espace, ingénierie environnementale et biodiversité ». Comme nous l’apprend le magazine Up, « le magazine d’actualité de l’innovation et des temps qui changent », il devait présenter La Bascule et l’An Zéro à ses amis d’Ekodev, « le développement durable en action » et We4SDG, qui travaille tout de même à « helping the multitude to put in action the Sustainable Development Goals ». En même temps, pour une fois qu’il ne conseillait pas le groupe Carrefour…

Verdissement accéléré

Nous ne nous faisons aucune illusion : même si les défections ne font que commencer avec celle d’Extinction Rébellion, les intérêts tant politiques qu’économiques et idéologiques qui se cachent derrière Maxime de Rostolan sont si massifs que le festival doit avoir lieu, quitte à ce que ce soit ailleurs. Macron et LREM ne chantent pas par hasard sur tous les toits qu’ils sont en voie de verdissement accéléré. Le chaos climatique, le désastre écologique et l’irresponsabilité des responsables deviennent si patents que les gouvernants doivent absolument feindre de pouvoir et de vouloir y faire quelque chose. Les mises en scène grotesques de l’État-qui-nous-protège-de-la-canicule, de la police-qui-nous-prévient-contre-la-noyade (et bientôt contre les puces de lit), des multinationales-en-lutte-contre-le-réchauffement-climatique, du Président-au-côté-des-femmes-battues, etc., tout cela est fait pour nous dérouter face à l’évidence : ceux qui se donnent pour nos protecteurs sont en réalité nos bourreaux. Tous ces gens ne peuvent détenir aucune solution, puisqu’ils font partie du problème. C’est aussi incontestable que 45 °C sur ta peau suintante. Paralyser la menace que constitue la révolte des jeunes à qui on lègue une terre devenue inhabitable par un grand rassemblement confusionniste du « nous de la transition » où l’on se garde bien d’incriminer le business, le capitalisme ou la politique, voilà l’urgence absolue : il faut démobiliser préventivement la prochaine révolte, gagner encore quelques mois et un peu de marge de manœuvre. Bref : gouverner encore un peu, et un peu plus. Le verdissement opportun des macronistes répond à l’aide effective que les « gilets citoyens » de Dion, Cotillard, Tubiana, Imer, etc., ont apporté à Macron pour « sortir de la crise des Gilets jaunes ». Dion & Co. ont passé leur temps, ces derniers mois, à l’Élysée et dans les ministères, et ils s’en cachent à peine. Que Dion ait réagi de manière purement symbolique, en un pur geste de com’, au gazage des activistes d’Extinction Rébellion, souligne surtout son silence, des mois durant alors que partout, chaque semaine, des manifestants se faisaient mutiler par le pouvoir dont il fréquentait les salons. Cette écologie-là, celle des gouvernements, des partis, des indices statistiques et des grandes conférences, est le fourrier, sinon la cause, de la catastrophe en cours. Tout ce qui nous tombe dessus à présent était déjà prévisible, et prévu, dans les années 1970 – lisez Le jugement dernier de Taylor ou Apocalypse et révolution de Cesarano. C’est parce que cette écologie de malheur l’a emporté sur les tendances plus lucides, plus courageuses et plus révolutionnaires, que nous en sommes arrivés là – à redouter l’arrivée de l’été plutôt qu’à nous en réjouir.

L’arnaque de La Bascule et de l’An Zéro est vraiment l’arnaque de trop. Elle est si grossière que cela l’apparente à une provocation. Toutes les manœuvres qui se trament autour de cet événement et derrière ces réseaux doivent être bousculées, sinon taillées en pièce. Et ce, où que ce festival trouve finalement refuge. L’identité de ceux qui ont protesté contre son annulation à Gentioux-Pigerolles a fait tomber les masques, et nous a donné pleinement raison a posteriori. Quant aux jeunes qui ont mordu à l’hameçon de La Bascule, Rostolan, Dion et & Co., nous leur disons : désertez ! Quittez le navire avec armes et bagages ! Prenez la tangente ! La question technique est centrale en cette époque, mais l’ingénierie n’est pas sa prise à bras le corps, c’est au contraire son étouffement. Il n’y a jamais eu, il n’y aura jamais de transition. Il n’y a que des ruptures historiques. Élaborons ensemble le programme de démantèlement technique, existentiel et politique de toute cette société. Tout va devoir être bouleversé. Soyons impitoyables avec une civilisation qui entend nous emporter dans son naufrage. Abattons le système en place avant qu’il ne s’effondre sur nous. Hâtons le départ des maîtres pour leurs gated communities en Nouvelle-Zélande ou ailleurs.

Comité La Bouscule, le 8 juillet 2019.

(pour nous écrire : labouscule at riseup.net)



Articles de la même thématique : Festival l’An Zéro