Se Connecter

Inscription

Une reprise massive le 9, on continue les 11 et 14 !

|

Cinq heures du matin : l’intersyndicale, les Gilets jaunes et divers collectifs avaient appelé à un blocage du dépôt de bus de la STCL. Beaucoup de monde est présent pour une action aussi matinale, la tonnelle de la CGT héberge le petit-déj, l’ambiance est bonne. Vers 7 heures, un groupe se détache et bloque également deux voies du carrefour à proximité qui est rapidement bouchonné alors que les automobilistes se rendent au travail. Les flics n’arriveront pas avant 9 heures, permettant de bloquer pendant un long moment le cours normal des travailleur·euse·s qui ne peuvent ou ne veulent pas faire grève et surtout du fonctionnement économique.

JPEG - 549.4 ko
Blocage du carrefour

Une fois que les flics sont là, ils resteront sur le côté pour empêcher toute reprise du carrefour. Ils en profiteront surtout pour arrêter 2 personnes, prétendument pour un simple contrôle, alors qu’un radar est tagué.
10 h 30 le cortège s’élance avec à sa tête un tracteur de la Confédération paysanne et son sound system à l’arrière. Il y a déjà beaucoup de monde et nous rejoignons les autres cortèges à la mairie. Cinq départs étaient prévus : de la STCL, du carrefour Tourny, d’EDF, du rectorat et de Le Grand. La CGT annonce 16 000 personnes au total. Ce qui est sûr c’est qu’il y a toujours autant de monde malgré la défection de certains syndicats dont on attendait déjà pas grand-chose comme l’UNSA. Une opération anti-pub est menée parallèlement, les panneaux Decaux se retrouvent décorés d’affichettes créatives et joyeusement revendicatives. Des chants égaient le parcours et quelques tags fleurissent pour accompagner le retour en nombre au dépôt où une soupe solidaire est prévue.

Une petite partie des manifestant·e·s n’en finit pas là et décide de partir jusqu’au commissariat pour soutenir les arrêtés. Arrivés devant, ça chante, ça crie, ça essaie d’obtenir des informations. Et surtout on se demande comment transmettre la solidarité à l’intérieur ? Des bouts de bois arrivent alors du parc Victor-Thuillat et une grande batucada de réappropriation urbaine commence. Chacun·e s’empare d’un bâton et tape sur tout ce qui peut faire du bruit : panneaux, grilles, poteaux... Le rythme nous réchauffe et envahit les environs. Ça ne suffira pas pour faire s’effondrer le commissariat mais ça apporte toujours un peu de vie dans cet environnement morne et hostile et ça doit bien parvenir aux oreilles des emprisonnés...

Les camarades ont été libérés le soir même mais l’affaire reste à suivre. Partout en France une répression particulièrement violente a eu lieu : c’est le seul dialogue de Macron. Nous notre arme c’est la solidarité. La journée à pu nous montrer qu’à Limoges il est possible d’organiser des blocages qui viennent donner plus de force à la grève. Les cibles ne manquent pas : Family Village, la zone Nord, le centre Saint-Martial, ou même l’aéroport ... Alors où est-ce qu’on bloque la prochaine fois ? Rendez-vous samedi après-midi et mardi pour des journées toujours plus ambiancées !

JPEG - 150 ko
Changement d’humeur chez les Gilets jaunes : désormais ça va MAL se passer.
JPEG - 250 ko
« En grève jusqu’à la retraite »




JPEG - 1.2 Mo
Tiens, les pubs se sont fait la malle...
JPEG - 567.1 ko
... vite remplacées par de créatifs détournements



Articles de la même thématique : Syndicalisme - Mouvement ouvrier

Toutes et tous à la SAM