Se Connecter

Inscription

Bilan lourd rue de la Boucherie : un mort

|

Aujourd’hui nous pleurons un mort. Aujourd’hui, dans l’ancien squat Sherwood à Limoges un homme est mort.
Nous tenions à le rappeler car nous entendons beaucoup parler de matériel, à tel point qu’on aurait pu l’oublier.

Nous déplorons qu’autant d’immeubles soient détruits, emportant avec eux les affaires personnelles de chacun, et comprenons le choc traversé par les personnes victimes de cet événement traumatisant. Se faire réveiller un matin car tout est en train de brûler autour de nous.

Cependant, sous prétexte d’émotivité tous les amalgames ne sont pas permis. Nous remarquons également l’angle de vue du Populaire du Centre, citant uniquement possédant et propriétaire terrien. Objectivité de la presse ?

Comment pouvons-nous, en toute honnêteté, considérer que c’est l’occupation d’un immeuble permettant d’abriter des humains à la rue, de manger, de se chauffer en hiver, qui peut être responsable ? Comment peut-on souhaiter, pour résoudre ce problème de pauvreté, voir des gens armés patrouiller dans nos rues pour assurer notre sécurité contre les vilains marginaux !

Des marginaux… Mots du pouvoir pour catégoriser, mettre au pas, rassurer les bien-pensants, gouverner, dominer, écraser. Et le droit de VIVRE dans tout ça ?

Nous leur crierons ensemble : DÉSOBÉISSANCE CIVILE.

La désuétude du logement ? Le manque d’entretien depuis quinze ans d’une partie de ces immeubles inhabités ? Où se trouve la responsabilité du propriétaire ?

Que faire quand celui-ci décide de ne pas utiliser sa possession ? Le droit de posséder pour ne rien faire ? Nous disons : RÉQUISITION !

Sécurité, répression, abus de pouvoir, division, misère sociale, misère culturelle, éducation nationale… Comment en est-on arrivé là ? N’est-il pas temps de dire STOP ?

Quand nous entendrons « Une pétition était faite pour réclamer leur expulsion », nous accuserons : MENTEUR !

« Ce squat était une allumette, nous avions prévenus que tout allait cramer », nous arguerons : DÉMAGOGUES !

« La faute est sur les squatteurs », nous dirons LUTTE DES CLASSES !

Et quand on nous demandera plus de sécurité, plus de protection, de murer les squats, de ne pas les tolérer, nous leur gueulerons : INSOUMISSION !

Le droit de vivre ne se négocie pas !

Le collectif


P.-S.

Ensemble mettons la rue en berne. Solidarité avec ceux qui restent...


Articles de la même thématique : Logement - Squat

Parole de flic