Se Connecter

Inscription

Lombertie maire sécuritaire et raciste ?

|

Emile Roger-Lombertie a réagit aux trois agressions du mois de juillet au jardin de l’Evêché. Ouf. Le Populaire en avait fait ses gros titres, on n’est plus en sécurité nulle part. Mais dès qu’on parle sécurité rien ne va plus chez le maire de Limoges, à droite, parfois très à droite et il attaque fort :

On a deux gros problèmes : les mineurs avec des sanctions pénales qui ne sont pas prises et les étrangers. Et le pire, c’est quand ce sont les deux à la fois. [1]

Tremblez brave gens, politiciens et médias vous le rabâchent à longueur de temps mais vous n’étiez pas encore au courant que le problème avait même gagné notre chère ville de Limoges. Heureusement, Emile Roger vous le rappelle : les étrangers et les jeunes sont un gros problème et ils sont partout. Alors les personnes arrêtées par la police étaient-elles étrangères ?

Je ne sais pas. Mais sur le terrain, il y a une réalité et c’est celle que je décris.

Classiquement, les municipales arrivent à grand pas on fait du pseudo-politiquement incorrect, comme tout le monde on tape sur les jeunes et les étrangers et on rappelle qu’à cause d’eux la terreur règne. On tente aussi de faire la promo de la politique sécuritaire mise en place depuis l’arrivée à la mairie...

Pourtant que disent les chiffres ?

Malgré les fantasmes d’Emile-Roger, au niveau du département comme à Limoges le chaos n’est toujours pas arrivé, les chiffres de ce que la police nomme délinquance restent très bas et bien en dessous des moyennes nationales. Il n’y a pas non plus eu de changement significatif dans les statistiques de la délinquance depuis 2014 malgré l’accroissement du nombre de policiers et la mise en place de la vidéo-surveillance. Par exemple, selon la préfecture, pour les vols avec violence, comme dans le cas de l’Evêché, ils sont peu élevés (19 faits avec armes, 117 sans armes dans le département) et très inférieur à la moyenne nationale (0,36 pour 1000 habitants contre 1,52 au plan national) [2]. L’évolution sur 3 ans est stable, les vols violents sans arme sont de : 120 en 2015, 125 en 2016 et 105 en 2017...

Alors depuis 4 ans la mairie de Limoges dépenseraient plusieurs millions d’euros (alors qu’on ferme les établissements municipaux et qu’on coupe les robinets des associations) dans le sécuritaire pour rien ? Emile-Roger Lombertie en est plutôt fier :

Aujourd’hui, nous avons 70 policiers municipaux et la vidéo. Si on compte la formation et l’embauche, ce sont plusieurs millions d’euros par an, dont il s’agit. Je n’abdique pas. D’ici la fin de mon mandat, on va avoir entre 80 et 90 policiers municipaux, on va continuer à recruter.

L’inefficacité de la vidéo-surveillance a été montrée à de multiples reprises en France comme à l’étranger, les chiffres à Limoges semblent montrer la même chose. Alors dans une société de l’image on affiche les jouets technologiques à chaque coin de rue et on fait patrouiller la police, pistolet à la ceinture. Et quand tout nous prouve que cela ne sert à rien on dit qu’il n’y en a pas assez :

Pour l’instant, les parcs et jardins n’ont pas fait l’objet du déploiement de la vidéo-surveillance. Mais ces faits nous amène à nous interroger.

Souriez vous êtes filmés et fliqués !

Lombertie nous parle d’un tesson de bouteille et d’un bras cassé mais aussi dommage que ce soit, n’oublions pas qu’il y a des violences plus nombreuses que d’autres : les violences intrafamiliales. En 2017, en Haute-Vienne, les violences intrafamiliales comptaient 1 888 plaintes. Les premières victimes en sont les femmes pour 79 % des cas.

N’oublions pas non plus que ce chiffre est très inférieur à la réalité puisque moins de 10 % des victimes de violences physiques et/ou sexuelles au sein du ménage déposent plainte pour au moins l’un des faits commis au cours des deux années précédant l’enquête. Près d’une victime de viol sur cinq n’en parle à personne et lorsqu’il y a une plainte de déposée, une victime sur cinq la retire également



Articles de la même thématique : Répression - Prisons

Gazer, mutiler, soumettre